Brest Métropole

Mon bilan à mi-mandat 3ème partie : demain, la Métropole européenne de Bretagne Ouest

En conclusion de ce bilan de mandat, une vision d’avenir et quelques propositions.

La responsabilité des élus de ce territoire est proportionnelle à ses fragilités, mais aussi au rôle mondial de premier plan que l’Ouest de la Bretagne est susceptible de jouer dans les années à venir. Sa force agricole et agro-alimentaire, dans le contexte du réchauffement climatique, va devenir de plus en plus stratégique pour nourrir le monde, alors que des millions de km2 d’autres territoires deviendront impropres à la culture. La recherche et les innovations issues du campus mondial de la mer vont peut-être révolutionner la médecine, l’alimentation humaine et animale, résoudre une partie de l’équation énergétique. Sa maritimité est une garantie d’insertion dans les réseaux d’échanges mondiaux.

Dans ce contexte, la Métropole est la pierre angulaire d’un développement véritablement durable de son territoire d’influence : capable d’organiser les solidarités et l’économie en circuits courts et/ou circulaires, et en même temps, jouer pleinement dans la mondialisation et faire redescendre sur le territoire la valeur ajoutée qui y est attachée.

Pour autant, des évolutions rapides et des moyens massifs sont nécessaires pour atteindre cet horizon. Plus que jamais, le rôle des élus est d’être les premiers entrepreneurs de ce territoire :

  • « faire société » avec tous (public, privé, associations, citoyens) pour agréger les ressources et bénéficier des énergies convergentes. Cela implique la conception de politiques publiques favorisant la participation de tous les acteurs, avec un diagnostic partagé, des objectifs communs, et un système d’évaluation en continu, bref, en mode projet.
  • exercer un leadership clair et inclusif, affirmant nos valeurs politiques solidaires, qui recoupent les valeurs culturelles du territoire. Dessiner l’horizon, assumer les responsabilités, faire converger les stratégies de tous les acteurs vers ce qui est structurant pour le territoire et ses habitants.

Cela implique que ce rôle moteur soit relayé par les élus et responsables de toutes les strates territoriales. A mon niveau, je m’efforce de faire converger les politiques publiques dans les mandats que j’exerce. Quelques propositions :

  1. Elaboration d’une stratégie européenne de territoire commune entre la Région Bretagne, le Département du Finistère et Brest Métropole. Cette stratégie devra produire des politiques de soutien économique, d’équipements structurants, culturelle, de citoyenneté européenne beaucoup plus massives que celles conduites actuellement. Pour la Métropole, cette démarche se traduira au sein de la SMDE mais aussi à la Direction des relations internationales et dans la Mission Stratégie et Prospective. Une direction des partenariats métropolitains, déclinable en direction des coopérations et des cofinancements, pourrait rassembler ces personnels pour produire une action plus synergique.
  2. Saisir l’opportunité du discours présidentiel pour lancer des conventions démocratiques européennes. Rendre l’Europe efficace, simple et désirable est la condition sine qua non pour faire barrage aux réflexes populistes électoraux qui s’expriment partout sur le continent, élections après élections. La construction de l’Europe des territoires et des citoyens est une urgence, cette Europe ne doit laisser aucun territoire (ni urbain ni rural) ni aucun citoyen en marge. La Métropole peut porter une parole forte sur le sujet. Dans les politiques communales, la systématisation des échanges entre élèves et étudiants et des voies de financement associées doivent être recherchés. Les jumelages repensés doivent servir au co-développement économique, culturel et citoyen dans notre territoire.
  3. Dialogue territorial et international renforcé dans le contexte de la crise du Brexit avec le Cornwall Council dans le cadre de ma délégation départementale. Le Brexit comporte des menaces mais aussi de grandes opportunités de relocalisation d’activités, il s’agit de mobiliser les acteurs économiques, académiques et associatifs pour se mettre en ordre de marche à ce sujet.
  4. La stratégie européenne commune devra produire une vraie « diplomatie territoriale » capable de nouer des contrats, projets, investissements, animations, échanges en direct avec les territoires qui sont/seront nos partenaires économiques. Qui est le ministre des affaires étrangères de notre Métropole (question du leadership) ? Quelle est la feuille de route diplomatique de nos collègues élus ? C’est en organisant les réponses à ces questions que nous nous créerons de nouvelles opportunités à l’étranger.
  5. L’organisation d’une présence d’influence systématique à Paris, Bruxelles, Rennes, dans les réseaux et sur les territoires européens d’intérêt.
  6. La recherche d’agilité et de performance dans nos réponses aux appels à projets (Département, Région, Etat, Europe). Se doter d’équipes élus/techniciens formées, dotées des outils de communication adéquats, bien impliqués dans les réseaux locaux pour rassembler rapidement les partenaires publics et privés pressentis. Ces ingénieurs d’affaires de haut niveau, réactifs en moins d’une semaine pour monter une réponse à un AMI et préparer un oral, sont indispensables pour gagner plus de cofinancements. Il faut faire monter en compétence ces élus et ces techniciens par la formation et le rajeunissement des équipes.
  7. Plus généralement, nous devons nous penser comme un gouvernement de territoire. Territoire certes dépendant et interdépendant, mais mondialisé. Les thalassocraties ou les villes hanséatiques qui nous ont précédées dans le temps sont un modèle à revisiter, alors que l’Etat s’éloigne et n’est plus aménageur de territoire et distributeur de croissance.

Demain, nous serons une région-métropole européenne avec une véritable gouvernance multi-niveaux et une vraie démocratie territoriale, apte à relever les défis d’un monde complexe, avec l’esprit de conquête, le bon sens et les valeurs solidaires qui font le génie de la pointe bretonne.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.