Mon parcours

Mon parcours est largement autodidacte. Pour avoir travaillé dans des milieux très divers et vécu des réalités territoriales parfois éloignées, les frontières entre classes sociales, entre public et privé, entre territoires n’ont tout simplement pas de sens pour moi. Je crois à la vision partagée, au projet qui en découle, à l’action collective qui le concrétise. L’important, ce sont les gens : pas les théories ou les organisations, qui sont simplement des outils pour penser et agir. Leader, expert, équipier : mes missions varient au service du projet. Ma devise préférée est « tout seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin ! ».

Porteuse de valeurs humanistes, laïques et féministes, je suis engagée au parti socialiste depuis 1999. C’est l’année où je suis arrivée à Brest, pour rejoindre mon mari, avec qui je venais de co-fonder une petite entreprise familiale dans le domaine du commerce en ligne.

J’avais auparavant travaillé une dizaine d’année en région lyonnaise, d’où je suis originaire. Soutien de famille à 20 ans, j’ai dû abandonner mes études de psychologie pour travailler dans la restauration. J’ai repris mes études à la première opportunité, pour devenir assistante de direction bilingue à 23 ans grâce à l’AFPA. Au sein de deux PME spécialisées dans l’import/export de matériel cardiologique, le marquage CE des dispositifs médicaux et l’organisation de congrès internationaux dans le domaine du VIH, j’ai pris de larges responsabilités en tant qu’adjointe de direction. L’intensité des défis commerciaux relevés dans monde de l’entreprise, l’univers complexe de la réglementation européenne et les contacts permanents avec des experts internationaux de haut niveau ont forgé mon goût pour le challenge. J’ai appris que rien n’était hors de portée à qui se donnait les moyens de réussir, et que l’agilité conjuguée à un travail acharné était la première clé du succès.

Jeune mariée à Brest, la solidarité familiale m’a permis de reprendre des études à l’Ecole Supérieure de Commerce (qui s’appelle aujourd’hui Brest Business School), pour un mastère spécialisé « entreprendre, créer, reprendre ». En parallèle, je me suis impliquée dans le projet entrepreneurial et artistique familial  » U-KNOW », négociant l’importation directe de produits étrangers, élaborant le business model de la boutique en ligne et organisant les plus deux plus grands festivals européens de l’époque en matière de fresques de rues.

François Cuillandre m’a donné ma chance en politique à l’occasion de la liste municipale de 2001. Alors que mon mari devenait président de la Fédération des Commerçants, je me suis impliquée dans le déploiement d’une politique d’urbanisme commercial ambitieuse et équilibrée pour Brest et son pôle métropolitain. Devenue vice-Présidente en 2004, je me suis efforcée de travailler en liaison permanente entre les besoins des quartiers, des bourgs et des centralités et les projets d’investissement du grand commerce de périphérie.